Logo du Fonds de dotation de la Société Française de Dermatologie

Mécanismes moléculaires de photosensibilisation cutanée identification de nouveaux ligands activateurs du facteur de transcription AhR associés à la photosensibilité

photobiologie

Bourse de Master 2 de la SFD

Actuellement interne en dermatologie-vénérologie à Rennes, je travaillerai au cours de l’année universitaire 2020-2021 dans le cadre d’un Master 2 au sein de l’équipe « Expression des gènes et oncogenèse » de l’Institut Génétique et Développement de Rennes, UMR6290 CNRS.

Les phénothiazines topiques, comme l’isothipendyl (APAISYL® gel), sont couramment utilisées sans ordonnance en thérapeutique dermatologique mais ont un caractère photosensibilisant démontré.

Leur conformation moléculaire fait suspecter leur possible liaison avec le facteur de transcription AhR, connu pour son rôle « épurateur de toxiques » intracellulaires, qu’ils soient exogènes (polluants de l’environnement dont les hydrocarbures aromatiques polycycliques) ou endogènes.

Plusieurs molécules de conformations similaires, telles le vemurafénib ou le voriconazole, sont également photosensibilisantes et sont connues pour se lier à AhR.

Du fait des implications thérapeutiques significatives, il apparait nécessaire d’établir les liens moléculaires entre le facteur de transcription AhR, les phénothiazines et l’exposition solaire.

Le laboratoire de l’Institut Génétique et Développement de Rennes bénéficie d’une riche expérience dans l’exploration du métabolisme d’AhR, cette voie étant connue par ailleurs pour son implication dans l'oncogenèse cutanée.

Objectif

L’objectif de ce projet est d’établir si les phénothiazines topiques ont la capacité de se lier à AhR et d’activer ou inhiber la cascade de signalisation intracellulaire qui en découle, et de permettre d’objectiver le caractère photosensible de cette liaison en étudiant le stress oxydatif et le lien avec les UV.

Des résultats positifs permettraient dans le futur d’élargir la recherche au lien entre la voie AhR et d’autres molécules photosensibilisantes (par exemple antihistaminiques), liens aux conséquences non négligeables du fait de la fréquence de prescription de ces molécules.

Remonter