Logo du Fonds de dotation de la Société Française de Dermatologie

Risque d’accident cardiovasculaire sous anti-IL17(R)α et anti-TNFα

psoriasis

Introduction

Le risque cardiovasculaire des biothérapies utilisées dans le psoriasis en plaques est incomplètement élucidé. Nous avons récemment montré un effet déclencheur d’événements cardiovasculaires graves dans les 6 mois suivant l’initiation de l’ustekinumab, chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovasculaire. D’autres biothérapies plus récentes, les anti-IL-17(R)α, agissent sur la même voie immunologique, et pourraient être concernés.

Méthodes

L’ensemble des patients exposés aux biothérapies entre 2011 et 2021 sera sélectionné à partir de la base nationale d’Assurance-maladie (SNDS - Système National des Données de Santé). Nous conduirons une étude case-time-control parmi les patients ayant reçu un anti-IL-17(R)α.

L’analyse sera répliquée parmi les patients ayant reçu un anti-TNF. L’analyse dans cette population a un rôle de témoin négatif, car les anti-TNF agissent sur une autre voie immunologique et ne devraient pas induire de risque cardiovasculaire.

Résultats attendus

Nous estimerons la fréquence trimestrielle d’événements cardiovasculaires graves en cours de traitement par ces biothérapies. Nous rechercherons un effet déclencheur dans les 6 premiers mois de traitement par anti-IL17(R)α, la présence d’un risque spécifique aux patients porteurs de facteurs de risque cardiovasculaire, et l’absence d’une telle association chez les patients recevant un anti-TNF.

Conséquences

Ces résultats contribueront à une meilleure connaissance des situations à risque pour chaque type de biothérapie.


Fiche du projet

Appel d’Offre Appel d’Offre
Mars 2021
Porteur du projet Florence POIZEAU
Attribution 32,000 €
Thématique Psoriasis
Situation (Ville) CHU de Rennes
Mise à jour le 2021-09-03 12:00:00

En savoir plus sur dermato-info.fr

Remonter